Agenda

- Dimanche 19 mars, où que vous soyez et à Paris 4e : Prière et recueillement pour la Paix, garder le silence pendant trente minutes

- Lundi 5 septembre 2016, IMA : début d'un Cycle de 4 conférences de Ghaleb Bencheikh : Mots d'Islam, pour décrypter 4 « mots d’Islam » devenus «valises » voire anxiogènes : Islam, Djihad, Charia, Fatwa. Organisé par la SAIMA ( Société des Amis de l'IMA )- Entrée libre- Réservation.

- à partir du lundi 26 septembre 2016, Paris, ENS 45 rue d'Ulm : Islams de France - Islam public et publics d'Islam. Pièce d'identité demandée.

Foire aux questions

- Pour adhérer : Bulletin d'adhésion ICI (cliquer )

- Pour nous contacter, participer à la vie de la CMRP,
- Mode d'emploi du site :
Cliquer ICI
Publié le Juil 19, 2009 - 05:04 PM
Religions et conflitsLettre du Dr. William F. Vendley, Secrétaire général de Religions pour la Paix, en date du 13 juillet 2009.

Les jeunes continuent de faire progresser la mission de Religions pour la Paix avec beaucoup de force et de créativité.


Le Sommet international des responsables religieux jeunes sur le Désarmement en vue d’une sécurité partagée vient de se terminer à Katmandu. Ils s’y sont engagés à lancer une campagne mondiale des jeunes pour le désarmement.
Il m’a semblé que vous apprécieriez de recevoir le communiqué de presse ci-joint relatif à ce Sommet important.
Permettez-moi d’exprimer ma gratitude à notre réseau de jeunes et à tous ceux qui dans Religions pour la Paix sont  nombreux à se préoccuper de ce problème vital qu’est le désarmement.

 
COMMUNIQUE DE PRESSE
Des leaders jeunes se réunissent du monde entier pour traiter des défis
de la militarisation, de l’armement nucléaire et de l’abus qui est fait de la religion.

 
Katmandu, 10 juillet 2009.

Le sommet international des responsables religieux jeunes consacré au désarmement en vue d’une sécurité partagée a été ouvert par S. E. le Dr. Ram Baran Yadav, président du Népal, à Katmandu le 10 juillet 2009. Organisé par la Conférence mondiale des Religions pour la Paix, l’organisation pluri-religieuse la plus importante du monde, accréditée auprès des Nations Unies et dont le siège est à New York, ce sommet a rassemblé des responsables d’institutions religieuses et d’organismes de la société civile dont une centaine de Népalis et environ cinquante autres participants venus de vingt-cinq pays (1). Assistaient aussi au Sommet des personnalités marquantes telles que M. Kul C. Gauram, ancien Secrétaire général adjoint des Nations Unies, ancien Directeur général adjoint de l’UNICEF, M. Tajiro Kimura, Directeur du Centre régional des Nattons Unies pour la Paix et le Désarmement en Asie et dans le Pacifique,  Le Rev. Kyoichi Sugino, Secrétaire général adjoint de la Conférence mondiale des Religions pour la Paix, et Mme Stellamaris Mulaeh, Coordonnatrice internationale du Réseau mondial des Jeunes de Religions pour la Paix.

Dans le monde, presque mille personnes sont tuées chaque jour par des armes diverses. Les dépenses militaires ont atteint en 2008 un nouveau record de 1 464 milliards de dollars, alors même que l’économie mondiale était en difficulté et que la majorité de la population mondiale continue de vivre dans une misère extrême. Le commerce légal des armes individuelles atteint chaque année quatre milliards de dollars, auxquels s’ajoute un milliard de commerce illégal. Le monde doit faire face à la prolifération des armements nucléaires, à la poursuite de l’emploi des bombes à fragmentation, des mines anti-personnel et d’autres armes conventionnelles. Il doit faire face aussi à la croissance des dépenses militaires aux dépens du développement et à l’abus qui est fait de la religion pour promouvoir la violence et la guerre.

S. E. le Dr. Baran Yadav, président du Népal, a déclaré : « Nous avons besoin de mettre la force des religions du monde au service de la lutte contre la violence en s’appuyant sur leur message de paix, d’amour et de compassion, particulièrement parmi les jeunes de nos pays. Je tiens à féliciter l’Académie népalaise de la Religion et de la Paix et la Conférence mondiale des Religions pour la Paix d’avoir réuni fort à propos à Katmandu ce sommet international de Responsables religieux jeunes sur le désarmement en vue d’une sécurité partagée.

M. Tadatoshi Akiba, maire de Hiroshima et président des Maires pour la Paix, rassemblement mondial des maires de 2 926 villes de 134 pays, a déclaré dans son message : « La prolifération et l’emploi des armes nucléaires sont des possibilités qui grandissent ; le Traité de non-prolifération est au bord de l’effondrement. Les Maires pour la paix sont heureux de pouvoir travailler avec les communautés de croyants du monde et avec des jeunes à travers le réseau mondial de Religions pour la Paix en vue de faire progresser notre Vision pour 2020, programme tendant à l’élimination complète des armements nucléaires d’ici à 2020, date du 75e anniversaire des bombardements atomiques de Hiroshima et de Nagasaki. »

M. Kul Gautam, ancien Secrétaire général adjoint des Nations Unies et ancien Directeur général adjoint de l’UNICEF, a fait observer que « Les jeunes sont l’âme de la société. Leur rôle est essentiel dans la transformation de la culture de violence dont sous sommes actuellement les témoins en une culture de paix, partie intégrante de la culture népalaise. Ma longue association avec Religions pour la Paix me donne confiance dans le fait que cette conférence aidera à promouvoir une campagne vigoureuse pour la non-violence et la paix au moyen de la coopération pluri-religieuse au Népal et dans le monde entier. » Il a invité la Conférence mondiale des Religions pour la Paix à soutenir, comme suite à cette réunion, une campagne massive pour faire reculer la violence au Népal, et à envisager de lancer des campagnes de ce genre dans d’autres situations d’après-conflit dans le monde.

Le Rev. Kyoichi Sugino, Secrétaire général adjoint de la Conférence mondiale des Religions pour la Paix, a déclaré : « Ce Sommet se propose de libérer le potentiel de transformation sociale positive que possède la religion, de souligner le rôle crucial des jeunes dans l’évolution de notre monde, et de mettre en évidence l’avantage supplémentaire que constitue la coopération entre les religions et entre les diverses parties prenantes pour aborder le désarmement en vue d’une sécurité partagée, du développement et de la paix. »

Me Stellamaris Mulaeh, coordonnatrice internationale du Réseau mondial des Jeunes de Religions pour la Paix a déclaré : « Ce Sommet offre une excellente occasion aux jeunes qui ont des responsabilités religieuses de débattre des défis majeurs auxquels se heurte une sécurité partagée et d’élaborer des plans d’action. Sur cette base, les responsables jeunes des réseaux nationaux, régionaux et mondiaux de Religions pour la Paix lanceront une campagne pour la réduction des dépenses militaires et pour promouvoir la sécurité partagée. »

(1)  L’Afghanistan, l’Argentine, le Cambodge, le Canada, la Chine, les Etats-Unis, la France, la Géorgie, la Grèce, l’Inde, l’Indonésie, Israël, le Japon, la Jordanie, le Kenya, la Malaysia, le Népal, la Nouvelle Zélande, le Pakistan, le Pérou, les Philippines, la république du Congo, la République tchèque, Singapour et le Sri-Lanka


 
Liens relatifs