Agenda

- Jeudi 6 avril 2017, IMA : La spiritualité comme antidote à la violence.

- à partir du lundi 26 septembre 2016, Paris, ENS 45 rue d'Ulm : Islams de France - Islam public et publics d'Islam. Pièce d'identité demandée.

Foire aux questions

- Pour adhérer : Bulletin d'adhésion ICI (cliquer )

- Pour nous contacter, participer à la vie de la CMRP,
- Mode d'emploi du site :
Cliquer ICI
Publié le Juil 24, 2002 - 11:31 PM
WCRP - InternationalCONFERENCE MONDIALE DES RELIGIONS POUR LA PAIX (WCRP)

Dr. William F. Vendley

****************************************************************************

DERNIERES INFORMATIONS DU SECRETAIRE GENERAL (“Secretary General’s Update”) N° 13 - 22 juin 2001

LE PROGRAMME DES FEMMES MET EN ROUTE SON RESEAU MONDIAL



Une manifestation tenue le 19 juin au siège de la Fondation Ford à New York, en présence d’une assistance nombreuse a marqué le lancement par le Programme des femmes de Religions pour la paix du premier réseau mondial d’organisations religieuses féminines. Ce réseau, qui compte déjà plus de 350 organisations appartenant à toute les grandes traditions religieuses dans toutes les parties du monde, fournit un lieu d’échange d’expériences et de projets ; il propose des instruments de formation et une information sur les événements à venir ; il encourage la mise en relations et la collaboration des croyantes. La séance inaugurale comportait une table ronde sur “Les croyantes comme agents internationaux de la paix”. Présidée par Mme Azza Karam, directrice du Programe des femmes, cette table ronde incluait Mme Noeleen Heyzer, directrice de l’UNIFEM, Mme Carolyn Hannan, du Bureau du Conseiller spécial des Nations Unies pour les questions de genre et la promotion des femmes, Mme Amina Wadud, coordonnatrice des religions pour la paix au Comité international de coordination des femmes, Mme Nyaradazai Gumbonzwanda, responsable du programme d’UNIFEM pour l’Afrique de l’Est, l’Afrique centrale et la corne de l’Afrique, et Mme Judith Hertz, présidente de l’”Union of American Hebrew Congregations” pour les affaires interreligieuses. Le Programme des femmes a présenté son livre - “La place d’une femme : le rôle public des croyantes” - dans lequel des femmes de sept grandes religions traitent de ce qui est impératif pour que les femmes exercent leurs responsabilités dans leurs traditions respectives. “La place d’une femme” sera mis en vente à partir de juillet. On pourra aussi se procurer l’annuaire du réseau mondial des organisations religieuses féminines en s’adressant à Ingrid lemey, adjointe du Programme des femmes, au bureau de Religions pourla paix à New York. L’annuaire peut également être consulté sur internet (www.religionsforpeace.org)


DANS DES LETTRES ET UNE DECLARATION ENVOYEE AUX RESPONSABLES MONDIAUX, RELIGIONS POUR LA PAIX RECOMMANDE LA PRUDENCE SUR LA QUESTION DE LA DEFENSE ANTI-MISSILES.

Religions pour la paix a envoyé en mai au président Bush, à des membres du Sénat et de la Chambre des Représentants et à d’autres responsables internationaux des exemplaires de la déclaration sur les systèmes de défense anti-missiles adoptée à Kyoto en novembre dernier par la commission permanente de Religions pour la paix sur le désarmement et la sécurité. Ce texte était accompagné d’une lettre du Secrétaire général demandant aux destinataires de faire preuve de la plus grande prudence quant au projet de systèmes de défense anti-missiles, et faisant part d’une vive inquiétude à propos du désir que le gouvernement Bush paraît avoir de renoncer au traité ABM. Cette déclaration a reçu un accueil favorable de la part de nombreux gouvernements. On en trouvera ci-après le texte ainsi que celui d’une des lettres du Secrétaire général et un communiqué de presse relatif à cette opération.

REUNION DU COMITE EXECUTIF D’ACRP EN INDONESIE

Des responsables religieux de treize pays d’Asie se sont retrouvés à Jakarta les 12 et 13 juin pour la réunion du comité exécutif de la Conférence asiatique des religions pour la paix (”Asian Conference on Religion and Peace” - ACRP), organisation sœur de Religions pour la paix. ACRP, fondée à Singapour en 1976, tiendra sa sixième assemblée à Jakarta.en novembre prochain. Autour du thème “L’Asie réconciliatrice”, l’assemblée réunira des leaders religieux et des personnes engagées dans l’action venant de toutes les zones de conflit de l’Asie. Ils discuteront du rôle des communautés de croyants dans le règlement des conflits et la réconciliation., et ils adopteront un programme d’action. Le secrétaire général de Religions pour la paix, le Dr. William Vendley, et M. Kyoichi Sugino, directeur du service international, assistaient à la réunion. Ils ont aussi rencontré les responsables de la Conférence indonésienne des religions pour la paix (ICRP), en vue de renforcer la coopération entre les deux organisations pour la réalisation des ateliers de formation au règlement des conflits dont ICRP a pris l’initiative.

APPROBATION DES STATUTS DU CONSEIL INTERELIGIEUX DE L’OUGANDA

Un groupe de responsables religieux de haut niveau, réuni le 19 juin à Kampala, a approuvé les statuts d’un Conseil intereligieux appelé à devenir le correspondant local de Religions pour la paix. Ils avaient rencontré le 6 juin M. Richard Blum, co-président du “Board of Trustees” international de Religions pour la paix, et M. Jimmy Carter, ancien président des Etats Unis, pour discuter de la coopération entre les religions en Ouganda ainsi que des efforts entrepris par les communautés de croyants ougandaises, Religions pour la paix, le Centre Carter et d’autres organisations pour la lutte contre le VIH et le SIDA dans ce pays.

RELIGIONS POUR LA PAIX PATRONNE AUX NATIONS UNIES UN COLLOQUE SUR LES ENFANTS DANS LES CONFLITS ARMES

Religions pour la paix a participé le 5 juin, avec de nombreux autres sponsors, à un colloque sur “Les enfants dans les conflits armés, une responsabilité pour tous”, tenu au siège des Nations Unies à New York. En présentant ce thème aux participants du colloque, diplomates, responsables politiques, leaders économiques et religieux, M. Olara A. Otunnu, représentant spécial du secrétaire général des Nations Unies pour les enfants dans les conflits armés, a souligné que les religions ont un rôle essentiel à jouer pour protéger les jeunes contre le risque d’être impliqués dans les conflits comme combattants ou comme victimes de meurtres, de viols, de mutilations ou d’autres atrocités. Mgr. Martino, représentant du Saint-Siège auprès des Nations Unies, et le Dr. Vendley, secrétaire général de Religions pour la paix, ont également pris la parole. Des témoignages particulièrement émouvants ont été présentés par des enfants du Kosovo, de Sierra Leone et de Colombie : certains ont été enlevés et incorporés de force dans des unités combattantes ; d’autres ont dû fuir des zones de combat ; des fillettes ont été violées et contraintes de subir des avortements. Une semaine plus tard, le 11 juin, Religions pour la paix et d’autre membres du comité des ONG religieuses accréditées aux Nations Unies se sont réunis dans le cadre de la troisième session du comité préparatoire de l’assemblée générale extraordinaire des Nations Unies sur les enfants. Ils se sont efforcés d’identifier les défis auxquels les religions ont à faire face et les expériences positives dont elles peuvent faire état s’agissant de fournir aux enfants une vie saine, de leur procurer un enseignement de qualité, de les protéger contre les abus, l’exploitation et la violence, de combattre le SIDA et de mobiliser des ressources en leur faveur.

REUNION DES TRUSTEES A NEW YORK

Plusieurs membres du Board of Trustees de Religions pour la paix se sont réunis le 1er juin à New York pour passer en revue les derniers résultats de l’action de l’organisation et pour examiner diverses questions, dont les besoins futurs de financement et l’opportunité d’élargir le groupe. (Note du traducteur : un “board of trustees” est, en droit américain, un comité de gestion de ressources financières affectées.) Les participants comprenaient MM. Richard Blum, président de Blum Capital Partners, Thomas McLarty, ancien directeur de cabinet du président Clinton, et John Brademan, président de la Fondation nationale pour la Démocratie, ainsi que Mme Olivia Holmes, directrice des relations internationales et interreligieuses de l’Association unitaire universaliste, et le Dr. Chung Ok Lee, membre du conseil de présidence de la Communauté internationale des bouddhistes Won et représentant de celle-ci aux Nations Unies.


***************************************

DOCUMENTS ANNEXES

New York, 10 mai 2001

A son Excellence M. Kofi Annan, Secrétaire général des Nations Unies

Excellence,

Au nom du Conseil de la Conférence Mondiale des Religions pour la Paix, le plus vaste rassemblement de responsables religieux soucieux de réaliser la paix dans le monde, j’ai l’honneur de vous transmettre une déclaration exprimant les préoccupations de cette organisation au sujet de la mise en place par les Etats Unis d’un système de défense anti-missile et de leur désir apparent de se retirer du traité d’interdiction des défenses anti-missiles. Religions pour la paix partage depuis longtemps l’inquiétude largement répandue à l’égard de la menace qu’un bouclier anti-missile peut faire peser sur la stabilité du régime international de contrôle des armements et, plus particulièrement, du risque accru de prolifération des armements nucléaires pouvant résulter d’un système de défense anti-missile si des dispositions ne sont pas prises pour sauvegarder l’application des arrangements internationaux existants. Etant donné le rôle de clé de voûte que joue le traité ABM dans le dispositif actuel, bien au-delà de sa portée bilatérale originelle, nous craignons qu’un retrait américain mette en danger les perspectives à long terme de limitation et, finalement, d’élimination des armes nucléaires. Appréciant pleinement l’engagement de Votre Excellence en faveur du désarmement, Religions pourla paix Lui demande respectueusement de poursuivre Ses bons offices pour faire en sorte que la réponse internationale à la création éventuelle d’un système de défense anti-missile tienne compte du succès depuis longtemps établi du traité ABM quant à la limitation de la course aux armements, et qu’il n’en résulte pas une prolifération accrue de la technologie des missiles. Nous sommes conscients du fait que le traité comporte des dispositions permettant aux Etats Unis et à la Russie de lui apporter des amendements, ce qui peut fournir un moyen de faire face à de nouvelles menaces sans affaiblir le traité. Les religions du monde entier et les milliards de croyants qu’elles représentent espèrent en une paix mondiale qui respecte les différences culturelles tout en célébrant notre commune humanité. L’autorité morale de Votre Excellence est plus que jamais nécessaire pour promouvoir des mesures de limitation des armements qui accroissent la sécurité de tous les citoyens du monde. Religions pour la paix vous offre son plein soutien dans l’exercice de cette autorité.

(signé) Dr. William F. Vendley, secrétaire général

*************

CONFERENCE MONDIALE DES RELIGIONS POUR LA PAIX DECLARATION SUR LES SYSTEMES DE DEFENSE ANTI-MISSILE.

La Conférence mondiale des religions pour la paix réaffirme que l’emploi des armes nucléaires est contraire aux convictions spirituelles et morales que nos religions partagent. L’existence même de ces armes suppose leur utilisation éventuelle. Elles doivent donc être éliminées progressivement.

Le débat autour des armes nucléaires se concentre actuellement sur le mise en place éventuelle d’un système de défense anti-missile. Cette question a des implications morales profondes et des incidences importantes en matière de sécurité pour l’avenir. Elle définit un tournant : nous devons choisir entre un monde où l’existence des armes nucléaires et l’accroissement du nombre des Etats qui en disposent sont acceptés comme des faits, et, d’autre part, un monde où l’armement nucléaire diminue régulièrement jusqu’à disparaître entièrement.

La mise au point de systèmes de défense anti-missiles peut conduire à la reprise de l’expérimentation et de la mise en place d’armes nucléaires et à un accroissement de la résistance aux mesures tendant à réduire les arsenaux nucléaires existants. Elle manifesterait que les armes nucléaires sont appelées à rester un élément durable des relations internationales et augmenterait ainsi l’incitation des Etats n’en disposant pas encore à se doter de telles armes, ce qui aboutirait à une prolifératieon nucléaire horizontale accrue.

Le débat en cours souligne aussi les dangers liés à l’abrogation éventuelle du traité d’interdiction des défenses anti-missiles (traité ABM). Ce Traité est la pierre d’angle du régime en vigueur de contrôle des armes nucléaires. Parce qu’il limite la course aux armements et laisse ouverte la possibilité d’éliminer l’arme nucléaire, son affaiblissement pourrait avoir de graves conséquences en ces matières.

C’est pourquoi la Conférence mondiale des religions pour la paix
1) prie les responsables politiques de faire preuve de la plus grande prudence, dans le respect du traité ABM, en ce qui concerne la création de systèmes de défense anti-missiles ;
2) fait appel aux responsables de tous les Etats pour qu’ils participent activement à la recherche de nouvelles manières d’assurer la sécurité générale
3) demande aux responsables de remplir l’engagement que les traités internationaux leur imposent de réaliser l’élimination des armes nucléaires.

***************

LA CONFÉRENCE MONDIALE DES RELIGIONS POUR LA PAIX DEMANDE LA PRUDENCE EN MATIERE DE DEFENSE ANTI-MISSILES ET DE SAUVEGARDE DU TRAITE ABM
- Abolir ce traité pourrait entraîner la prolifération et relancer la course aux armements, déclare le Secrétaire général.

New York, 31 mai 2001 - Les projets relatifs à la mise en place d’un système de défense anti-missile peuvent provoquer une nouvelle course aux armements s’ils affaiblissent le cadre actuel de la limitation des armements. Tel est le message adressé ce mois-ci à des centaines de responsables mondiaux par la Conférence mondiale des religions pour la paix.

Le Dr. William F. Vendley, secrétaire général de Religions pour la paix, a noté qu’en décidant d’abroger le traité d’interdiction des défenses anti-missiles, l’Administration Bush pourrait mettre en péril la sécurité internationale et encourager la prolifération des armes nucléaires. Vendley a adressé des lettres personnelles au président des Etats Unis George W. Bush, au président russe Vladimir Putin, au président chinois Jiang Zemin et à d’autres chefs d’Etat ainsi qu’à des membres du Sénat et de la Chambre des représentants des Etats Unis, en les invitant à faire des pas concrets vers l’instauration d’un monde libéré de la menace de l’anéantissement nucléaire.

Ces lettres étaient accompagnées d’une déclaration sur la défense anti-missile adoptée par la dernière réunion de la Commission permanente de Religions pour la paix sur le désarmement et la sécurité et approuvée par le Conseil international de cette organisation qui est composé de responsables à haut niveau des religions du monde.

“Etant donné le rôle de clé de voûte que joue le traité ABM dans le régime actuel de limitation des aremements, écrit Vendley au président Bush, Religions pour la paix incite les Etats Unis et les autres pays à faire preuve de la plus grande prudence à l’égard de toute acte unilatéral susceptible de compromettre le traité ABM et les autres progrès récents dans ce domaine.”

Etant le plus vaste rassemblement de leaders religieux cherchant à réaliser la paix, Religions pour la paix a été, depuis trente ans que cette organisation existe, au premier rang de ceux qui militent pour le désarmement. “Les religions du monde entier et les milliards de croyants qu’elles représentent espèrent en une paix mondiale qui respecte les différences culturelles tout en célébrant notre commune humanité, poursuit Vendley. Nous devons continuer à rechercher, en matière de limitation des armements, de nouvelles mesures efficaces qui accroissent la sécurité de tous les citoyens du monde.”

 
Liens relatifs