Agenda

- Dimanche 19 mars, où que vous soyez et à Paris 4e : Prière et recueillement pour la Paix, garder le silence pendant trente minutes

- Lundi 5 septembre 2016, IMA : début d'un Cycle de 4 conférences de Ghaleb Bencheikh : Mots d'Islam, pour décrypter 4 « mots d’Islam » devenus «valises » voire anxiogènes : Islam, Djihad, Charia, Fatwa. Organisé par la SAIMA ( Société des Amis de l'IMA )- Entrée libre- Réservation.

- à partir du lundi 26 septembre 2016, Paris, ENS 45 rue d'Ulm : Islams de France - Islam public et publics d'Islam. Pièce d'identité demandée.

Foire aux questions

- Pour adhérer : Bulletin d'adhésion ICI (cliquer )

- Pour nous contacter, participer à la vie de la CMRP,
- Mode d'emploi du site :
Cliquer ICI
Publié le Nov 28, 2005 - 12:49 PM
WCRP - International


LA CONFERENCE GENERALE DE L’UNESCO CONFIRME LES INTUITIONS DE LA CMRP



Rapport de Jacqueline Rougé, présidente honoraire,
représentante permanente de la CMRP auprès de l’UNESCO


suivi du texte des déclarations prononcées au nom de la Conférence mondiale en plénière et en commission.

La 33e Conférence générale de l’UNESCO, tenue à Paris en octobre 2005, marquait le 60e anniversaire de la création de cette institution. Elle avait pris pour thème : « Penser et construire la paix ». Elle a mis en évidence le rôle que peut jouer l’UNESCO dans la lutte contre le fanatisme, l’extrémisme et le terrorisme grâce au dialogue interculturel et interreligieux.

Le terrorisme international a été considéré comme un défi majeur pour le monde et comme nécessitant une action préventive dont beaucoup d’éléments sont du ressort de l’UNESCO dans des domaines tels que la communication, l’ éducation, la science et la culture. Les controverses qui ont entouré l’adoption du projet de convention sur la diversité culturelle ont fait découvrir à un large public les rapports de la culture avec le développement. Elles ont montré aussi que chaque culture doit être ouverte aux autres.

Les questions relatives à la communication ont retenu d’autant plus l’attention qu’elles vont être l’objet principal de la conférence internationale devant se tenir bientôt à Tunis sur la Société de l’information. Les discussions se sont référées au rapport de Jacques Delors sur “Apprendre à vivre ensemble”. Elles ont souligné l’importance de la liberté de l’information, tout en insistant sur la nécessité d’élaborer une éthique de la communication et de promouvoir la diversité culturelle dans tous les médias. Ceux-ci ont un rôle vital à jouer dans les zones de conflit pour que le dialogue et la démocratie puissent l’emporter.

Les débats relatifs à l’éducation ont développé surtout le thème de l’éducation pour tous, vue comme la condition d’un avenir pacifique et durable. L’égalité d’accès à l’éducation et une exigence de qualité à tous les niveaux - de l’école élémentaire à l’université - ont été considérées comme un élément essentiel du développement durable. Il en résulte que l’U NESCO doit agir comme catalyseur de ce qui est fait dans ce domaine par l’ ensemble du système des Nations Unies. On a abordé aussi les aspects éthiques de l’éducation en soulignant que l’école doit enseigner la tolérance et le respect de la religion des autres.

Dans le domaine des sciences, l’intérêt s’est porté sur la philosophie comme moyen d’approche d’une conscience de l’universel. On continue à travailler à l’élaboration de normes applicables à la bio-éthique et, plus généralement, à la création d’un code de conduite éthique à l’usage des hommes de science. On a parlé aussi de l’éthique du dialogue entre les peuples.

Les discussions sur la culture ont rappelé l’intérêt porté par l’UNESCO à la préservation du patrimoine et de l’héritage culturel de chaque nation, non seulement par respect du passé, mais aussi pour aider les jeunes à construire leur avenir. L’importance des langues nationales a été soulignée. Le respect de toutes les cultures est un antidote aux inquiétudes liées à la mondialisation, sujet qui préoccupe l’UNESCO. A cet égard, on a mentionné la nécessité d’apprendre aux jeunes à comprendre et à respecter le patrimoine culturel de leur pays, et de leur fournir, à un moment quelconque de leur scolarité, des informations objectives sur les religions autres que la leur.

La discussion d’un projet de convention contre le dopage a été l’occasion de déplorer que l’usage de la drogue soit un aspect inquiétant de la culture des jeunes dans le monde actuel.

L’adoption quasi-unanime du projet de convention sur la diversité culturelle a couronné des années de travail difficile. C’est un texte novateur qui rejoint un besoin ressenti comme urgent aussi bien dans les pays du Nord que du Sud pour progresser vers une culture de paix. Les Etats Unis et Israël ont seuls voté contre. La délégation américaine a exprimé la crainte que cette convention serve de prétexte à des mesures protectionnistes contre l’importation des produits de l’édition et de l’industrie cinématographique des Etats Unis. Du point de vue de la Conférence mondiale des Religions pour la Paix, ce texte doit pouvoir servir à justifier partout que soit demandé le respect des minorités culturelles et religieuses. On pourra l’utiliser pour montrer que le dialogue et la coopération entre des personnes de religion différente est une contribution utile et légitime à la construction de la paix. Dans leurs relations avec les pouvoirs publics et les groupements politiques, les sections locales et les organisations régionales de la CMRP pourront certainement se référer à ce concept de la diversité culturelle pour donner une légitimité accrue à leurs diverses activités.


Voici le texte des déclarations prononcées au nom de la Conférence mondiale en plénière et en commission.


Conférence générale - octobre-novembre 2005.

Intervention prononcée en séance plénière



Monsieur le Président,

Les religions ont une contribution spécifique à apporter à la construction de la paix. Beaucoup l’ignorent. Certains en doutent. Mais de plus en plus, tous ceux qui s’intéressent sérieusement à ce domaine vital le reconnaissent

Dans les régions en proie aux conflits, des responsables religieux font appel à des notions telles que le respect d’autrui et la solidarité entre tous les humains pour tenter d’apaiser la violence. Là où sévissent l’exclusion, la faim, la misère, des maladies comme le SIDA, les communautés religieuses sont au premier rang de ceux qui portent secours aux victimes. Quand les institutions étatiques se sont effondrées, les religions sont souvent les seules structures qui subsistent et servent de relais aux agences d’aide internationales. Plus généralement, à une époque où la paix du monde et la survie même de l’humanité sont menacées par le déferlement du matérialisme consumériste et d’un individualisme sans frein, les religions rappellent utilement que les forces résidant dans la matière ne sont pas les seules à prendre en compte et qu’une existence vraiment humaine ne se limite pas à la course à la richesse et au plaisir.

La Conférence mondiale des Religions pour la Paix exhorte dans le monde entier les responsables religieux et les simples croyants à faire abstraction de ce qui peut les séparer et les dresser les uns contre les autres. Elle les encourage à chercher un consensus sur ce qui est à faire. Elle les incite ensuite à y travailler ensemble. C’est la meilleure manière de lutter contre le risque d’aggravation des conflits pour des motifs religieux. En effet, les religions peuvent contribuer à trouver des solutions pacifiques.

Notre action s’appuie donc sur plus de cinquante conseils inter-religieux en Afrique, en Asie, en Europe et en Amérique latine qui ne cessent de se développer, notamment dans les pays comme l’Irak ou les régions comme l’Afrique des Grands Lacs où se produisent des affrontements violents. Ces conseils sont le meilleur moyen de réunir des responsables religieux de croyances différentes capables de mobiliser le potentiel sous-employé de leurs communautés à tous les niveaux. Nous agissons pour la transformation des conflits, pour l’aide aux enfants, en particulier ceux qui sont victimes du SIDA, pour la mobilisation et la valorisation du rôle des femmes

Nos préoccupations rejoignent sur bien des points celles de l’UNESCO, qu’i l s’agisse de sciences humaines, d’éducation à la paix ou de dialogue des cultures, dans l’esprit des recommandations du congrès d’Abuja de décembre 2003. Le but est bien, pour nous comme pour vous, d’“élever dans l’esprit des hommes les défenses de la paix”.

Je suis heureuse d’être ici le porte-parole de la Conférence mondiale des Religions pour la Paix et de dire combien cette organisation est satisfaite des rapports étroits qu’elle entretient avec le Secrétariat de l’UNESCO, dans un esprit de confiance mutuelle. Elle souhaite renforcer encore ce partenariat, profitable aux deux parties. Je tenais à faire état devant la Conférence générale de cet exemple de participation de tout un secteur de la société civile aux responsabilités des institutions internationales. Je me réjouis d’avoir pu le faire, et je vous remercie de votre attention.



Intervention prononcée en commission IV (culture)


Octobre 2001, Octobre 2003, Octobre 2005 : Trois Conférences Générales de l'UNESCO, après l'acte tragique du 11 Septembre 2001, ont rendu impératif, aux yeux du monde entier, l'urgence d'élaborer des politiques de réconciliation et de recherche de paix durable.

Contrairement aux idées reçues, les religions peuvent contribuer, et elles l'ont déjà prouvé, à trouver des solutions aux conflits en encourageant la création d'espaces interculturels et interreligieux. Ainsi le Congrès International tenu au NIGER, à ABUJA, en Décembre 2003, a souligné l'importance de ces rencontres pour une éducation à la paix. Seul un changement de mentalité et de comportement contribueront à un meilleur avenir pour les jeunes.

La Conférence Mondiale des Religions pour la Paix, implantée dans toutes les parties du monde, entend continuer son action. L'Afrique, continent meurtri par les crises et les conflits multiples, est au centre de ses préoccupations. Parmi ses nombreux projets, la Conférence Mondiale des Religions pour la Paix insiste sur la nécessité de la mise en place de programmes concrets en Afrique de l'Est comme en Afrique de l'Ouest.

Leurs principaux objectifs sont :
1. La promotion de l'implication et de la responsabilité des femmes dans des initiatives de dialogue interculturel à composante religieuse adaptées à des réalités culturelles locales.
2. L'établissement et le développement de réseaux de ces femmes.
3. La formation de formateurs pour la transformation des conflits et
4. le soutien aux enfants victimes du Sida.

La création de Conseils Interreligieux dans les pays concernés soutient ces activités destinées à renforcer le dialogue entre les diverses communautés. En effet, la promotion de la paix passe par le respect de la diversité culturelle, par la tolérance et le dialogue, dans un climat de confiance, de compréhension et de solidarité.

La Conférence Mondiale des Religions pour la Paix est ouverte à tout partenariat avec l'UNESCO. Elle souligne, à cet égard, l'importance du projet de programmes et de budget 2006/2007. Elle insiste tout particulièrement, sur l'Activité Phare de l'UNESCO : La Promotion du Dialogue Interreligieux.




 
Liens relatifs